Syndicat SUD-Rail de Paris St-Lazare Travailleurs du Rail Solidaires, Unitaires et Démocratiques
Syndicat SUD-Rail de Paris St-LazareTravailleurs du Rail Solidaires, Unitaires et Démocratiques

INFO ou INTOX sur les cheminots

Des salaires mirobolants et dangereux pour l’entreprise ?!

Les patrons de la SNCF ont transmis un scoop : nos salaires ont explosé ces dernières années !

 

Les cheminots gagnent si bien leur vie qu’ils mettent en péril le service public ferroviaire…

Donner envie à n’importe qui de vouloir en finir avec nos soi-disant privilèges, c’est une campagne patronale et médiatique malheureusement habituelle…

 

La Soi-disant augmentation moyenne de la rémunération des cheminots de 3,8 % par an, alors que l’inflation ne serait que de 1,56%...

Mais d’après 60 Millions de consommateurs, hausse globale des revenus sur 5 ans = 2,9 %, alors que hausse de prix sur 5 ans = 7% !

Donc il en vérité un appauvrissement de la population, et aussi des cheminots !

 

Pourtant en 2013, les salaires des cheminots ne représentaient plus que 44,94% des charges d’exploitation de l’EPIC SNCF ; alors qu’en 2000, c’était encore 51,3% et en 1980, c’était 78,5%. Donc en réalité, la masse salariale est de moins  en moins centrale dans les finances de la  SNCF.

 

La vérité, c’est :

 

  • qu’il y a une augmentation des primes liés au travail les dimanches et fêtes, la nuit (travaux…) et à l’agrandissement des zones de travail (exemple brigades d’entretien des voies, qui  surveillent parfois 50 km, au lieu de 20 km il y a quelques années ! Résultat : Brétigny)

 

  • qu’après le recul de l’âge de la retraite : les salariés les plus expérimentés (rémunération plus haute que jeunes embauchés) restent des années de plus dans l’entreprise…

 

Mais la vérité c’est surtout :

 

  • que les premières positions de la grille salariale sont inférieure au SMIC et que l'entreprise est obligée de verser un complément pour se mettre dans la légalité.

 

  • que les effectifs ont diminué de 14% : -25 000 postes en 10 ans ! Plan social géant !

 

  • mais en même temps : embauches massives de cadres (1000 par an, avec un salaire beaucoup plus élevés qu’à l’exécution), résultat : en 10 ans proportion de cadres passée de 1 pour 7 agents, à 1 pour 4 !

 

  • 70% de cheminots ont un salaire inférieur à 2,5 fois le SMIC (Cf le dossier de la SNCF pour le Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi qui prévoit un calcul sur la base de la masse salariale de l'ensemble des agents donc le salaire est inférieur à 2,5 fois le SMIC).

 

Cette politique de bas salaires lui permet d'être dans le peloton de tête des entreprises bénéficiaires du CICE à hauteur de plus de 160 millions d'euros pour 2013, CICE qui n'aura d'ailleurs pas servi à l'emploi (en 2013, c'est - 582 cheminots)... mais uniquement à augmenter les marges de la SNCF.

 

Alors que dans le même temps : 

 

Les rémunérations imposables allouées aux membres du Comité Exécutif de la SNCF s’élèvent à 6 millions en 2013, contre 4,8 millions en 2012 : 25% d’augmentation en un an !

 

Le salaire mensuel moyen des dix plus hautes rémunérations de l’entreprise a augmenté de 130% depuis 2002, et de 10,46% en 2013.

 

Alors pourquoi ces annonces ? Simplement pour amorcer le débat qui menace le Statut des cheminots et notamment les règles sur le déroulement de carrière.

Les cheminots coutent trop cher ? Baissons le coût du travail

C’est le même raisonnement que dans l’automobile, ou dans l’industrie en général : les plans de compétitivité, car le « cout du travail » serait trop élevé…

 

Alors qu’en même temps, les entreprises du CAC40 par exemple, ont augmenté cette année de 30%  les dividendes versés à leurs actionnaires! Record du monde…

 

Mais non, l’important c’est le « cout du travail », donc licenciements, baisses de salaires, retour aux 39 heures payées 35…

 

C’est ça que la direction SNCF est en train de mettre en place, avec les 25.000 suppressions de postes depuis 10 ans  et avec la réforme ferroviaire adoptée cet été.

 

Cette réforme ferroviaire (en plus de diviser la SNCF en 3 entreprises séparées) a abrogé la réglementation du travail des cheminots (temps de repos, nombre de jours de repos et de jours travaillés dans l’année, équivalents des RTT dans l’application des 35 heures…) pour la remplacer par une convention collective « harmonisée » avec les travailleurs du ferroviaire privé (les boites de transport de marchandises, et surtout les nombreuses filiales de la SNCF…).

 

Mais au lieu de tirer les conditions de travail de ces 5000 cheminots du privé vers celles des 150 000 cheminots du public, le gouvernement, et la branche transport du MEDEF (qui représente la SNCF dans ces pseudo-négociations) veulent faire le contraire : abaisser les conditions de travail de 97% des salariés du secteur vers celles des 3% restants !

 

Suppressions de postes et augmentation de la cadence de travail, ça a des conséquences dramatiques en termes de qualité des transports depuis plusieurs années, et même maintenant en terme de sécurité des circulations !

SUD-Rail LUTTE

AUSSI...

...POUR

QUE CELA

N'ARRIVE PLUS!!!

15 Novembre 2015 - Une rame TGV test déraille avec 49 personnes à bord, dont "quelques invités". 11 morts dans l'accident. Avant même me début de l'enquête M. PEPY pointe du doigt les 2 conducteurs et la cadre traction chargés de la conduite du train ;  une première....                 Ils sont hors de cause aujourd'hui ..!

20 Octobre 2015 - Une ZGC dérive sur 19 kms entre Albancourt (oise) et Rouen, suite à une anomalie technique consécutive à un heurt de 2 vaches. 

15 Décembre 2014 - Un train technique de l'INFRA (SNCF Réseau)  recule dans un TER (SNCF Mobilité) en gare de St-Germain-des-Fossés : une trentaine de blessés

09 décembre 2014 - Une rame du RER A est déviée inopinément à grande vitesse sur une aiguille à 30 km/h en gare d'Achères Grand Cormier : Un déraillement dramatique a été évité.

17 juillet 2014 - "Rattrapage" entre 2 trains à Denguin : 9 blessés dont 4 grièvement

23 décembre 2013 - Déraillement d'un wagon de déchets nucléaires à la gare de triage du Bourget.

12 juillet 2013 - Catastrophe ferroviaire en gare de Brétigny sur Orge : 7 morts et 32 blessés marqués à vie

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Syndical SUD-Rail de Paris St-Lazare